Credit photo. Epargner pour réaliser
Credit photo. Epargner pour réaliser

Pour la plupart des Camerounais, l’argent est le principal moteur qui permet d’atteindre un objectif fixé au préalable.

Avoir les moyens financiers pour réaliser un projet est le souci majeur de plusieurs Camerounais. Tous ceux rencontrés jusqu’ici ne disent pas le contraire. « Avoir une idée c’est bien, mais avoir de l’argent pour mettre en œuvre cette idée c’est encore mieux », affirme Cyrille Moulion, commerçant. Pour lui, l’argent est l’élément principal qui lui permet d’atteindre un but. Qu’il s’agisse d’acheter un véhicule, un terrain, un immeuble, construire une maison ou développer un projet d’entreprise… les Camerounais ont besoin de financement pour réaliser tous ces projets, dit-il. Eric Ngongang, est propriétaire d’une cave au quartier Akwa à Douala. A l’en croire, il lui a fallu 15 années pour monter son propre Business. C’est avec un chiffre d’affaires d’environ 4 millions de FCFA qu’il réussit enfin, après plusieurs années de dur labeur. « Au début c’était un véritable casse tête mais j’ai pu garder confiance. J’ai travaillé pour d’autres personnes pendant plusieurs années, j’ai épargné, j’ai fait des cotisations pour parvenir à obtenir la somme nécessaire pour monter cette entreprise », se réjouit-il.

Une expérience dont se souvient aussi Ahmadou Yakane, aujourd’hui propriétaire d’une des plus grandes surfaces commerciales de vêtements pour hommes au marché Ancien Dalip à Douala. L’ancien vendeur à la sauvette, a roulé sa bosse dans les rues de la capitale économique avant de mettre en place cette boutique de vêtements. Pour lui, trouver de l’argent pour ouvrir un grand commerce était primordial. « L’ambition était présente, il fallait juste avoir de l’argent pour mettre tout en œuvre, une tâche qui n’était pas facile », explique Ahmadou Yakane. Selon Marcelle Siéwé, celui ou celle qui veut réaliser un projet doit persévérer peu importe les obstacles. Pour sa part, il lui a fallu plus de 10 ans pour pouvoir construire sa maison et aménager un espace commercial pour vendre des vêtements. D’après ce dernier, c’est un combat qui valait la peine d’être effectué.

Il en va de même pour Stéphanie Ngo Oum, Comptable. Chaque jour, elle dépensait près de 800 FCFA pour se rendre à son lieu de service. Alors, pour réduire ses dépenses, elle décide de faire des cotisations. Chaque semaine elle cotisait un montant de 15000FCFA, nous fait-elle savoir. En l’espace d’un an et demi, elle a pu acheter une voiture. A en croire cette dernière, le but « c’est de vouloir ce que tu veux. Dans ce cas, il faut aussi multiplier les chances d’y parvenir un jour », dit-elle l’air épanouir.

Pour un homme encore la tâche n’est pas facile. Il faut se construire, avoir une famille et être à l’abri du besoin. Une tache qui demande beaucoup d’effort. Jovalien Ndinga, en sait d’ailleurs quelque chose. Ce sexagénaire est aujourd’hui propriétaire d’immeuble au quartier Ndogbong, à Douala, à l’en croire ce n’était pas une sinécure. « J’ai juste persévéré, car dès fois on est toujours tenter de faire des bêtises et risquer de briser ses rêves », indique-t-il, avant d’ajouter. « L’argent est un pion indispensable dans la réalisation d’un projet », conclut-il.

Ghide

Retour à l'accueil