Credit Photo. Auto-école
Credit Photo. Auto-école

Le ministère des Transports a publié le 13 mai dernier la liste des auto-écoles conformes au Cameroun.

Au regard de la multitude d’auto-écoles visibles dans la ville de Douala, seulement 6 d’entre elles sont jugées conformes par le ministère des Transports. Il s’agit par ailleurs des auto-écoles Européennes, Parisienne, De France, Francis, Moderne du Littoral et Germania. La liste de ces auto-écoles a été rendue publique il y a environ une semaine. Dans cette liste, on peut constater que bon nombres d’auto-écoles très reconnues manquent à l’appel. Il s’agit par ailleurs de l’auto-école Française, dont le propriétaire est le président du Syndicat national des auto-écoles du Cameroun(Synpaec), Dieudonné Nyoumsi. Egalement de l’auto-école Canadienne, Jojo, le Roi, Brésilienne etc.

La liste de ces auto-écoles tombe une semaine avant la grève prévue par le Collectif des syndicats des auto-écoles du Cameroun. Car les membres de ce syndicat ont prévu de mener une grève illimitée dès le 23 mai prochain si leurs doléances ne sont pas prises en compte. Pour eux, ils jugent qu’il est irréaliste d’évaluer 3000 candidats dans une région en deux jours. Pour cela, Dieudonné Nyoumsi a expliqué au cours d’une conférence de presse donnée la semaine dernière qu’il s’agira pour eux de «faire un sit-in pacifique et vêtus de noir sur tous les sites d’examen de délivrance du permis de conduire de l’ensemble du territoire national », peut-on lire sur le site d’information le Journal du Cameroun. Le collectif qui revendique environ 400 structures de formation est très ferme sur cette grève. Par ailleurs propose quelques solutions pour mettre fin à cette situation qui favorise la délivrance de «permis fantaisistes ».

Ainsi, le collectif exigent entre autres, la réforme totale de l’examen du permis de conduire afin de mettre fin à la délivrance frauduleuse dudit document; le bilan de la gestion des frais d’examen des cinq dernières années; la délivrance des reçus de versement des frais d’examen; la mise sur pied d’un office d’examen du permis de conduire; l’homologation du tarif et de la durée de formation dans toutes les auto-écoles. En outre, une compensation fiscale en maintenant les auto-écoles à l’impôt libératoire compte tenu de l’augmentation du prix du carburant. Il veulent également des sanctions à l’encontre des délégués régionaux, départementaux et des chargés de missions impliqués dans la délivrance frauduleuse des permis de conduire et la suspension des sous centres d’examen impliqués dans ces manœuvres.

Ghide

Retour à l'accueil