Des conteneurs disposés sur le site de DIT
Des conteneurs disposés sur le site de DIT

Certains acteurs portuaires expliquent que cela peut être dû aux frais de douane jugés de plus en plus élevés par les importateurs.

Depuis lundi dernier, la Douane camerounaise a procédé à la vente aux enchères des conteneurs à marchandises ayant séjournés plus de 90 jours au terminal à conteneurs. Avant d’y procéder, elle a publié sur son site la liste des importateurs dont les conteneurs demeurent toujours au port au autonome de Douala. Dans ce flot de conteneurs mis en vente, le groupe Bolloré Africa Logistics est l’importateur de près d’une dizaine de containers. Renfermant entre autres des pièces détachées, des farines en sacs. Une dizaine d’autres conteneurs constitués de matériels de construction et matériels industriels, voitures, bagages etc. a été importée par Maersk Cameroun.

Parmi les 1000 conteneurs mis en vente par la douane camerounaise, un total de 22 conteneurs comprenant des parfumeries et des cosmétiques non dangereux ont été importés par la société Biopharma Cameroun. Une trentaine d’autres par la Cameroon télécommunication (Camtel). Dans cette même liste, l’on apprend que, la société Prodicam possède elle aussi environ cinq containers au terminal à conteneurs. Certains contiennent des produits d’épicerie, confitures, aliments, biscuits. En outre, les administrations publiques ne sont pas épargnées. Les containers commandés par les sociétés d’Etat, contiennent notamment des matériels de construction et industriel, des produits pharmaceutiques. Cela dit, une dizaine de containers importés par le ministère en charge de l’Eau et de l’énergie et du ministère de la Santé publique, fait partie des conteneurs mis en vente.

Il en va de même pour le ministère des Postes et télécommunications(Minpostel), qui quant-à lui possède des containers refermant du matériel industriel et de construction. Le projet d’investissement et de développement des marchés agricoles (Pidma), n’est pas en reste. Des conteneurs renfermant des véhicules et engins roulants d’occasion sont aussi enregistrés à son nom. Les organismes internationaux figurent également parmi les importateurs des conteneurs mis en vente. Il s’agit entre autres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), du programme alimentaire mondial.

Concernant l’abandon de ces containers par ces ministères, entreprises, particuliers et organismes internationaux, la douane camerounaise semble ignorer la cause de cette situation. « Nous sommes aussi surpris, et on a du mal à croire que ces structures qui connaissent mieux le procédé puisse laisser trainer leur marchandise au port. Surtout que leurs colis sont importants pour elles », indique Félicien Mballa, commandant des douanes en charge de la vente aux enchères.

Du côté des importateurs, rien n’a filtré des raisons de ces abandons prolongés des conteneurs dans l’espace portuaire. Nombres d’entre eux n’ont pas souhaité se prononcer sur ce sujet qui paralyse le port de Douala. Toutefois, un cadre au sein du port confie que beaucoup d’importateurs se plaignent des frais de douane trop élevé. Car en principe, l’importateur après s’être acquitté de certains frais de douane dispose en effet de 11 jours pour décharger sa marchandise. Passé ce délai, il devra payer des frais supplémentaires pour chaque jour que son conteneur passe au terminal à containers. Des frais qui à la fin deviennent lourds pour ces derniers, au finish difficile d’enlever. D’où l’engorgement.

GHIDE

Retour à l'accueil