Credit photo. les femmes aiment prendre soin de leur corps
Credit photo. les femmes aiment prendre soin de leur corps

Certaines avouent y consacrer entre 20 000FCFA et 50 000FCFA le mois, voire plus, pour se faire belle.

La beauté de nos jours est devenue un atout dont nul ne peut s’en passer. Il suffit de voir la multiplicité des instituts de beauté qui naissent dans la ville de Douala et partout ailleurs. Difficile, comme on pet le constater, pour toutes les femmes avides de bien être, malgré les couts souvent exorbitants, de s’abstenir. Pour prendre soin de leur corps, nombres d’entre elles dépensent beaucoup d’argent. Pour prendre soin de leur corps, nombres d’entre elles dépensent beaucoup d’argent. Surtout que, la prise en charge physique englobe la coiffure, les soins de visage, les séances de relaxation (massage), les pédicures, les manucures etc. Pour celles qui fréquentent ces instituts de beauté à l’instar d’Obama Fashion, Perle d’ébène, Michèle’s corporation etc., les prix ne sont. Sans oublier les luxueux salons de beauté de Yaoundé, les prix ne sont quasiment pas à la portée de tous.

Rachel Diffo, jeune étudiante camerounaise au teint clair fait partie de ces jeunes femmes qui n’hésitent pas à casser la tirelire. « Tous les mois, j’achète quelques produits de beauté de marque Oréal notamment fond de teint, crayon à cils etc. à l’institut de beauté Michèle’s corporation au quartier Akwa à Douala pour des montants qui dépassent parfois 40 000FCFA », précise-t-elle tout en reconnaissant que ces instituts disposent d’outils et de produits adéquats pour faire plaisir à leurs clientèles. A l’en croire, l’usage des maquillages correcteurs lui permette d’apprendre à mettre en valeur ses atouts, camoufler des imperfections, recréer une ligne de cils, de sourcils et surtout « être belle », fait-elle savoir. La marque utilisée par Rachel Diffo n’est pas accessible à toutes les femmes. Effet, selon les spécialistes de la beauté, elle entre dans la gamme des produits de luxe à l’instar de Marykay, Blackopal etc. « ces produits coutent plus de 100 000FCFA », temoigne Vanessa Nana, gérante d’un institut de beauté au quartier Makepé à Douala.

Pour leur bien être physique, certaines femmes dépensent sans compter. En l’espace de deux semaines, elles peuvent débourser entre 25 000FCFA et 100 000FCFA. C’est le cas de Nicole Tonlio, entrepreneuse. « Tous les deux à trois semaines, j’assure l’entretien de ma coiffure, dont le coût est évalué à 10 000FCFA. Je fais également les soins de visage (entre 10000 et 15 000FCFA), les pédicures et manucure 6000FCFA, y compris le blanchiment complet et relooking des dents tous les six mois à 25 000FCFA etc. », confie-t-elle. En l’espace d’un mois, c’est au total 41 000FCFA que cette chef d’entreprise dépense pour son corps. Elle n’est d’ailleurs pas la seule. Josiane Fameni fait aussi partie de cette couche de femmes qui débourse beaucoup d’argent quand il s’agit de prendre soin de leur aspect physique. Celle-ci défalque en moyenne 50 000FCFA pour sa beauté. « Je peux me le permettre, j’ai suffisamment les moyens financiers », affirme-t-elle.

À l'institut de beauté Perle d’ébène, au quartier Akwa à Douala, les prix d’une coiffure se situent entre 5000FCFA et 25000FCFA. Tandis que les soins de visage entre 10 000FCFA et 17 000FCFA. Quant à l’onglerie, elle est évaluée à 7000FCFA pour les femmes et 9000FCFA pour les hommes. Selon les experts de la beauté, les hommes sont de plus en plus impliqués dans l’entretien de leur physique. Surtout que : « les soins esthétiques permettent aux bénéficiaires de mettre en valeur leur aspect physique, leurs atouts, et de redécouvrir des sensations agréables ». « Ce qui a un impact sur leur moral, leur redonne confiance et assurance », relève Etombi Victorine, coiffeuse professionnel à l’institut de beauté Perle d’ébène.

Ghide

Solange Epoko, esthéticienne sénior chez Michèle's corporation

Solange Epoko, esthéticienne sénior chez Michèle's corporation

Solange Epoko

« Plus les gens prennent soin de leur corps plus les entreprises naissent» 

L’esthéticienne sénior de l’institut de beauté Michèle’s corporation parle de la valeur ajoutée du bien être physique sur l’économie camerounaise.

On constate qu’au Cameroun, les femmes  s’inquiètent de plus en plus de leur bien être physique, de leur beauté. Pourquoi ?

C’est bien vrai. Je suis esthéticienne depuis plus de huit ans. La beauté est interprétée comme une forme de langage du corps. Au point où même les hommes cherchent à se faire plaisir. Nombres de femmes ont compris que la beauté physique est un atout incontestable dans notre société. De plus avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication(NTIC), le nombre de personnes qui s’y intéressent  va grandissant.  Cela dit, les NTIC ont contribué à la prise de conscience de l’Homme. Qu’il s’agisse de la coiffure, le massage, la pédicure, la manucure, les soins de visages, la diététique etc., les femmes éprouvent de plus en plus de plaisir à le faire et dépensent beaucoup d’argent pour se satisfaire.

En termes de valeur, combien dépensent-t-elles  pour prendre soin de leur corps ?

Les dépenses varient en fonction du besoin, des problèmes de la clientèle et du produit utilisé par les experts de la beauté. A l’exemple, pour les soins de visage, certaines choisissent de faire des cures faciales pour se débarrasser des boutons, points noires, acnés…  ainsi en fonction du produit cosmétique ou naturel utilisé le client peut débourser entre 10 000 et 20000FCFA.  Une échéance de cure est établie sur 4 à 5 séances. Pour une cure, elle peut débourser  50 000FCFA le mois. Pour ces femmes, qui font la coiffure, les soins de visage, les pédicures, manucures etc.  elles dépensent beaucoup d’argent. Car l’entretien du corps demande des moyens financiers. En l’espace d’un mois certaines déboursent entre 100 000FCFA et 150 000FCFA voire plus. Tout de même certains produits ne sont pas à la portée de tous. Celles avec un porte feuille plus consistant peuvent se permettre un certain nombre de choses. Mais à partir du moment où tu t’engages à prendre soin de ton corps, cela suppose que tu devras dépenser au moins 25 000FCFA. Notons que, certaines femmes aiment aussi les marques. Elles préfèrent un type de produit à l’autre parce que c’est reconnu. De surcroit, c’est plus cher.  Au niveau de la coiffure c’est totalement visible. Les greffes brésiliennes, péruviennes, indiennes sont visibles partout. Et il est difficile de ne pas apercevoir une jeune fille ou une femme avec ces mèches sur la tête. Même pour celles qui optent pour les mini-coiffures, cela demande toujours de l’entretien. Etre belle et conserver sa beauté exige des moyens financiers.

Quel peut être l’apport du bien être physique sur l’économie camerounaise ?

Il est indiqué que l’idéal corporel est un support commercial à valeur économique. En outre, il devient peu à peu un objet de consommation. Cela revient à dire que, plus les gens s’intéressent à ce domaine, plus les entreprises ou les instituts de beauté naissent. La demande est croissante, on crée des entreprises, on emploi  du personnel. Cela crée de la valeur ajoutée.  En outre, la recherche dans ce domaine a pour but de développer de nouveaux produits de plus en plus performants afin de lutter contre le vieillissement (formation des rides) et rester belle en gardant ainsi une " éternelle " jeunesse. L'enjeu est bien évidemment purement économique. Actuellement au Cameroun, il y a des centres de formation qui forment les jeunes. A la fin, ils obtiennent des attestations de fin de formation pouvant les permettre d’exercer dans le milieu.

Quels produits utilisez-vous dans votre activité, et d’où proviennent-ils ?

Nous utilisons les produits cosmétiques et les produits naturels dans nos différentes tâches. Mais la plupart des  produits cosmétiques utilisés proviennent de l’étranger. Notamment de Dubaï, France, Etats-Unis etc.

L’utilisation des  produits cosmétiques qui viennent de l’extérieur  ne peut être considérée comme un frein pour l’économie camerounaise ?

Il est bien vrai que l’achat des produits étrangers contribue à faire sortie les devises. C’est pourquoi la plupart du temps, je recommande à mes clientes l’utilisation des produits naturels. Cependant, certaines sont complexées à l’usage de ces produits. Elles préfèrent les produits occidentaux.  Mais en tant qu’esthéticienne, les produits naturels faits à base de nos propres ressources, comme le miel sont très  efficaces, et ce pour tout type de peau.

Propos recueillis par Ghide

Retour à l'accueil