Sur les 502 projets retenus pour la région, 172 projets sont déjà réalisés et un volume de projets de 357 est déjà attribué.

Le taux d’exécution du Budget d’investissement public (BIP) dans la région du Littoral est élevé à 34,26%. Ces données ont été relevées au lendemain du sous comité régional tenu le 21 octobre 2015. Selon le délégué régional du ministère de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat), le taux anormalement bas du BIP au premier trimestre de cette année (15%), les a emmené à prendre des mesures afin de corriger cette déchéance. C’est dans ce sens qu’ils ont organisé des formations sur le renforcement des capacités des maîtres d’ouvrage et des responsables des autres administrations. « Nous avons commencé à mutualiser nos efforts dans les descentes de suivi de l’exécution du BIP aussi bien auprès des administrations en charge qu’en passation des marchés, que des entreprises chargées d’exécution de ce BIP », relève Blaise Ella Aimé, délégué régional du Minepat.

Sur les 502 projets retenus pour la région, 172 projets sont déjà réalisés et un volume de 357 projets est déjà attribué. En ce qui concerne, le niveau d’exécution des grands projets en septembre 2015, le deuxième pont sur le Wouri enregistre un taux d’exécution physique de 47 %, un taux financier de 48% et une consommation des délais de 57 %. L’entrée Est de Douala évolue quant-à elle avec un taux de réalisation physique et une consommation des délais respectivement évalué à 70% et 73,5%. Contrairement à ces autres chantiers, l’aménagement de la pénétrante Ouest de la capitale économique, n’avance pas au même rythme. A ce niveau, le Minepat enregistre un taux d’exécution physique de 16% et un taux d’exécution financière de 8%. Ce, pour une consommation des délais de 23%.

A moins de trois mois de la fin d’année, le bilan n’est toujours pas satisfaisant. Et, durant cette période, le délégué du Minepat compte tout de même essayer de suivre la bonne exécution de ces investissements publics. Même si, quelques problèmes se greffent encore sur les différents projets comme c’est le cas avec la Communauté urbaine de Douala(CUD). A ce niveau, l’on nous fait savoir que les responsables de la CUD n’ont pas encore les dates de forclusion des différents projets, ce qui justifie d’une part le faible taux d’exécution des travaux. Tout de même, le Minepat compte sur les ressources internes pour essayer de relever la pente. En outre, l’incapacité des acteurs à réaliser Des appels d’offres (DAO), a aussi contribué à freiner l’exécution de certains projets dans la région du Littoral. Mais, pour y remédier, le Minepat affirme avoir mis en place un guide d’élaboration des DAO, pour permettre aux mairies de s’arrimer. Les fortes pluies des mois de juillet août et septembre ont également influencé l’exécution des projets cette année, surtout au niveau des infrastructures routières.

Malgré, ces obstacles, le Minepat reste tout de même optimiste. « On n’aura pas un taux d’exécution à 100%, mais on aura réalisé beaucoup de projets. De plus, les difficultés que nous avons connues cette année vont enrichir notre capacité pour bien couvrir le budget 2016. Cela dit, nous allons tout faire pour anticiper sur les problèmes et proposer les solutions. Afin que, nous ne soyons pas entrain de courir comme nous sommes entrain de le faire maintenant », conclut-le délégué régional du Littoral.

Ghide

Retour à l'accueil