Modeste Mopa, DG des Impôts
Modeste Mopa, DG des Impôts

Le système de télédéclaration que s’apprête à lancer la direction générale des Impôts(DGI) devrait assurer la fiabilité des paiements des impôts par les contribuables au Cameroun.

Vendredi 8 janvier, le Directeur général des Impôts, Mopa Modeste Fatoing a rendu public un communiqué apportant des précisions sur le lancement de la télédéclaration dans les centres des impôts des moyennes entreprises (CIME). Lesquels sont situés dans les villes de Yaoundé, Douala, Bafoussam, Limbe et Bamenda. Ce nouveau système mis en place par la Direction générale des impôts(DGI) devra ainsi permettre de sécuriser les recettes de l’Etat. Selon M. Ewane, cadre à la CIME de Douala, la télédéclaration est considérée comme une nouvelle technologie qui permet d’assurer le paiement des impôts en ligne. Hormis le volet sécurité, il permet également d’assurer la fiabilité des paiements. A travers ce nouveau système, « on peut facilement suivre et retracer les paiements des contribuables », affirme M. Ewane.

Dans ledit communiqué, Mopa Modeste Fatoing invite les contribuables des centres suscités a bien « vouloir procéder à la création de leur compte sur le site internet de la DGI, www.impôts.cm, en fournissant leur numéro d’identifiant unique, un numéro de téléphone et une adresse électronique ». En s’appuyant sur le numéro d’identifiant unique(NIU), les responsables de la CIME pensent que le lancement de la télédéclaration ne pourra pas être aussitôt effectif. Ceci parce que, le NIU pose très souvent un « sérieux » problème aux agents des CIME. Car, des fraudes sont souvent orchestrées à ce niveau. « Nombres de personnes utilisent de faux numéros d’identifiant et s’abstiennent de mettre à la disposition de la CIME leur numéro d’identifiant », nous fait-on savoir à la CIME Douala.

Qu’à cela ne tienne, pour les chefs d’entreprises, cette nouvelle technologie vient à point nommé. « Elle va faciliter le paiement des impôts », indique Marc Djomeni, chef d’entreprise. Pour Alban Clovis Forgang, Directeur général de la microfinance la Financière de l’épargne et du crédit (Finec), ce nouveau système semble meilleur et plus rapide. « Les virements prennent du temps et il faut se déplacer vers la banque et garder absolument la décharge. Or, en ligne tout laisse automatiquement les traces », apprécie-t-il. Tout de même, il n’hésite à émettre quelques réserves. « Il ne faudrait pas seulement que dans les différents CIME, des problèmes de serveur fassent perdre les données. Nous savons très bien qu’il s’agit là souvent d’une stratégie utilisée par les mafieux de l’administration pour créer des dysfonctionnements dans le but de soustraire des fonds », relève-t-il. De l’avis de Pierre Alaka Alaka, c'est un mode de déclaration qui a beaucoup d'avantages en termes de gain en temps, « mais il ne manque pas d'inconvénients ».

En ce qui concerne la création du compte du contribuable, ledit communiqué précise que : « les équipes de la DGI constituées dans les différents CIME sont mises à contribution pour assister les contribuables dans le cadre de leurs opérations de création de compte et d’aide à leurs problèmes télédéclarations fiscales ».

Ghide

Retour à l'accueil