Les marins marchands toujours en grève
Les marins marchands toujours en grève

En grève depuis bientôt deux ans, ils comptent adresser des correspondances à la présidence de la République, à la Primature, au ministère des Transports et au Gouverneur de la région du Littoral, pour se faire entendre.

A Douala, la grève des marins marchands se poursuit. Cela fait déjà 18 mois que ces derniers revendiquent leurs droits. Cela fait déjà 18 mois que ces derniers revendiquent leurs droits. Parmi lesquels celui de travailler dans les bateaux qui accostent au port de Douala. « C’est depuis le 2 juillet 2014 que les 1408 marins inscrits sont en grève », indique Donatien Mbadjouin, le directeur administratif des marins marchands. Depuis lors, la situation semble ne pas avancer. Ceux-ci ne cessent de se plaindre et désirent être entendus. Selon Albert Simon Mienlam, administrateur du Groupement professionnel des marins marchands du Cameroun(GP2MC), après la nomination du nouveau Ministre des Transports, Edgard Alain Mebe Ngo’o, ils ont sollicité une audience, sans succès. « Comme il venait d’être nommé, l’on nous a fait comprendre qu’il avait quelques aménagements à faire dans son nouveau service. Mais depuis lors, rien n’a été dit, nous sommes toujours dans l’attente », affirme Albert Simon Mienlam.

Cependant, ils ne comptent toujours pas rester là. Rencontré mercredi dernier dans ses locaux au quartier Deido à Douala, l’administrateur du groupement au nom de tous les marins marchands du Cameroun comptent à nouveau adresser des correspondances à la présidence de la République, à la Primature, au Ministre des Transports et au Gouverneur de la région du Littoral. Au regard de la situation dans laquelle vit les marins marchands, ils pensent d’ailleurs que ce n’est guère reluisant pour un Camerounais qui revendique ses droits. Surtout quand il n’a pas d’appui social et n’a pas d’intérêt par rapport à la revendication. « Nous voulons faire comprendre à l’Etat que l’intérêt n’est pas seulement au niveau de l’emploi, mais de la souveraineté de l’Etat camerounais. Le port appartient à l’Etat du Cameroun et il y a des activités dites maritimes qui nous concernent et c’est aussi cela que nous revendiquons », indique l’administrateur du GP2MC.

Plusieurs problèmes se greffent à l’activité des marins marchands et les décisions prises jusqu’à présent ne les arrangent pas. « L’on nous a demandé de faire passer trois personnes à l’enquête de moralité. Et celles-ci seront désignées pour monter à bord des navires et acquérir des marchés. Ce qui est inadmissible », indiquent-ils. Selon les marins marchands, une unité peut utiliser plus de trois personnes pour faire ce type de travail. Car, « s’ils sont malades l’unité est bloquée, s’ils font du chantage à la structure, on ne pourra pas fonctionner, il est préférable pour nous qu’on passe tous les marins à l’enquête de moralité si le port en a les compétences. Que de faire passer trois personnes », font savoir les marins marchands.

Ghide

Retour à l'accueil