Des pays comme le Ghana, le Gabon et le Rwanda ont trouvé des solutions pour faire appliquer ce système chez eux.

Au Cameroun, l’on se souviendra tous du samedi 12 mars 2016. Ce jour, une femme morte a été éventrée à ciel ouvert aux portes de la nouvelle maternité de l’hôpital Laquintinie de Douala. Et, si l’on s’en tient aux sources proches de la victime, ses jumeaux auraient succombé faute de prise en charge, une fois arrivée à l’hôpital Laquintinie. Cette situation de non prise en charge des personnes en manque de moyens financiers est récurrente dans les centres de santé au Cameroun. Et, pour que cette situation ne récidive plus, certains spécialistes de la finance et de la médicine s’accordent à dire que la couverture maladie universelle peut être une solution idoine.

Expert judiciaire et financier, David Kuaté pense que le drame de Laquintinie aurait pu être évité avec la couverture maladie universelle. Laquelle est présentée par l’expert, comme une prestation sociale permettant l’accès aux soins, le remboursement des soins, prestations et médicaments. « Cette tragédie aurait pu être évitée, car la dame aurait dû bénéficier spontanément et rapidement des soins adéquats », affirme David Kuaté. A l’en croire, cette couverture maladie universelle peut être implémentée au Cameroun malgré les lourdeurs administratives et des contraintes pécuniaires. Mais ce n’est pas le cas. La stratégie sectorielle de santé et autres initiatives sont à l’étude, afin de déterminer le protocole de santé pour tous. Ce qui peut se faire selon l’expert, à travers l’augmentation du budget du ministère de la Santé, la signature des protocoles avec les compagnies d’assurance-vie et le renforcement des mutuelles de santé.

La mise œuvre de cette mesure, selon l’Association des sociétés d’assurances du Cameroun(ASAC), « dépend uniquement d’une volonté politique du gouvernement camerounais ». Lors de l’Assemblée générale de l’ASAC, tenue le 9 mai de cette même année à Yaoundé, les assureurs ont réitéré des insuffisances qualitatives et quantitatives concernant le projet de reforme de la sécurité sociale au Cameroun mis en place en avril 1998. L’introduction de l’assurance maladie universelle faisant partie des axes de réflexion n’a pas été validée par le gouvernement camerounais.

Si jusqu’à présent, l’assurance maladie universelle reste problématique au Cameroun, certains pays comme le Ghana, le Gabon et le Rwanda ont trouvé des solutions pour faire appliquer ce système chez eux. Depuis plus d’un an, l’assurance maladie est obligatoire pour tous les Gabonais. Ce régime réservé au plus démunis lors de sa création en 2008 épouse toutes les couches sociales aujourd’hui. Le régime d’assurance maladie obligatoire est financé par une Redevance obligatoire à l’assurance maladie (ROAM). Il tire aussi son financement d’un prélèvement de 10 % sur le chiffre d’affaires hors taxes des entreprises de téléphonie mobile et d’un autre de 1,5 % sur les transferts d’argent à l’étranger.

Ghide

L'assurance maladie universelle est indispensable pour les Camerounais

L'assurance maladie universelle est indispensable pour les Camerounais

Retour à l'accueil